Aller au contenu
frise_chronologique-timeline

Transcription pour 'Entrevue avec Samuel McLaughlin'

Narrateur 1 :
Passons à présent au portrait de la semaine. Voici l’histoire de Robert Samuel McLaughlin, président de la Canadian General Motors.

Narrateur 2 :
À 91 ans, le colonel McLaughlin est une source intarissable d’histoires sur les débuts de la construction automobile au Canada.

Narrateur 1 :
Gerry Quinney a commencé ce sujet en interrogeant le Colonel McLaughlin sur ses débuts.

Colonel McLaughlin :
J’ai rencontré M. Durant et différentes autres personnes, et j’ai pensé que je pouvais peut-être conclure un accord qui me permettrait d’acheter les pièces détachées dont j’avais besoin et qu’il nous serait difficile de fabriquer au Canada. Nous étions à deux doigts de nous entendre, avec M. Durant, mais après deux ou trois jours de dur labeur, de sa part et de la mienne, nous avons constaté que nous ne pouvions tout simplement pas tomber d’accord. Je suis donc rentré chez moi et j’ai décidé que nous fabriquerions notre voiture tout seuls. J’ai embauché un ingénieur, Arthur Milbrath. C’était un gentil garçon et un excellent ingénieur. Lui et moi avons commencé à concevoir une voiture McLaughlin. Nous avons défini toutes les caractéristiques, tous les détails et fait tous les dessins. J’ai acheté toutes les machines, même des tours automatiques et des raboteuses de Jones et Lamson et de Gisholt, des perceuses à colonne, tout ce qu’il fallait. Nous étions partis pour fabriquer 100 voitures. Nous avions les vilebrequins. Nous travaillions dessus et faisions toutes sortes d’autres tâches quand notre ingénieur a eu une pleurésie. Il devait donc rester alité pendant un moment. Alors, j’ai contacté mon cher ami, M. Durant, et je lui ai demandé de me prêter un ingénieur. Au lieu de faire cela, il m’a répondu : « Je viens vous voir demain ». Et il est venu. Il avait beaucoup réfléchi à l’accord que nous avions tenté de conclure et il avait aplani le point litigieux. La proposition qu’il m’a faite semblait intéressante et nous avons conclu un accord. Nous pouvions donc ainsi utiliser le moteur Buick pour notre voiture.

© Canadian Broadcasting Corporation 1961. Tous droits réservés

« McLaughlin-Buick 28-496