Aller au contenu
frise_chronologique-timeline

Transcription pour 'Bricklin SV-1 - Automobile 2010'

Le promoteur américain Malcolm Bricklin voulait construire sa propre voiture sport de conception américaine.

Il a la passion des voitures et des affaires. Pourtant, au fil des années, sa réputation est peu enviable. Il a la tête pleine de projets, mais a de la difficulté à les mettre à terme. Attiré par des garanties d’emprunt de 2 880 000 $, en plus de 500 000 $ pour 51% des actions par le gouvernement, il ouvre une usine de fabrication de carrosseries en fibre de verre, à St-Jean et à Minto au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement en place, qui s’implique dans le projet de fabrication de la fameuse voiture, commence à sentir la soupe chaude peu après. Pendant ce temps, Malcolm Bricklin dépense à tout vent avec son train de vie excentrique. Il voyage en avion privé et couche dans les hôtels les plus luxueux. La production est enfin retardée en raison des problèmes techniques, comme les portes-papillon et la mauvaise qualité des carrosseries.

Pendant ce temps, son concepteur la présente partout, mais les clients ne peuvent toujours pas s’en procurer une. La Bricklin devait se vendre aux environs de $4,000 initialement, mais la facture grimpa rapidement aux alentours de $7,500, pour se terminer dans la fourchette des $10,000.

Les problèmes de conception apparaissent rapidement sur les unités vendues. Entre autres, sa carrosserie en fibre de verre se modifiait selon la température. Portes qui ferment mal et joints de carrosserie inégaux la font ressembler bien plus à une voiture de fabrication artisanale.

Comble d’ironie, lors des évènements du 11 septembre 2001, plusieurs avions ont dû être détournés du côté de Moncton. Parmi les passagers, un certain Malcolm Bricklin, qui s’était pourtant juré de ne jamais remettre les pieds au Nouveau-Brunswick.

« Bricklin SV-1