Aller au contenu

Get Flash Player Ce site utilise Javascript et le plugin Adobe Flash Player. Le plugin est disponible a http://get.adobe.com/flashplayer/

1910

Instabilité politique et conflit définissent cette décennie. Quand la guerre éclate en août 1914, une grande partie des ressources des pays industrialisés vont vers l'effort de guerre. Les forces alliées utilisent pour la première fois des chars d'assaut pendant la bataille de la Somme, en 1916. Les avions servent pour des reconnaissances aériennes, quand ce n'est pas pour des raids de bombardement. On lance les premiers porte-avions, ainsi que les sous-marins, les véhicules blindés et les téléphones de campagne. L'immédiat après-guerre est une période d'instabilité économique et d'agitation ouvrière. En 1919, la grève générale de Winnipeg paralyse la ville pendant six semaines et voit des milliers de travailleurs, syndiqués et non syndiqués, s'unir pour manifester contre le chômage, l'inflation et les mauvaises conditions de travail au lendemain de la guerre. La grève s'achève par le « samedi sanglant » où les grévistes et la Royale Gendarmerie à cheval du Nord-Ouest s'affrontent violemment, faisant deux morts chez les ouvriers. Cette décennie voit l'invention de la fermeture éclair et de l'acier inoxydable.

Voitures

La Reo, voiture de tourisme de la Reo Motor Car Company, St. Catharines, en Ontario

1910

Ouverture d'une succursale de la Reo Motor Car Co. à St. Catharines, en Ontario.

Après avoir quitté Olds Motor Works, en 1904, Ransom E. Olds fonde la Reo Motor Car Co, REO reprenant ses initiales. L'entreprise installe ses ateliers dans une usine Oldsmobile désaffectée de St. Catharines, en Ontario. La Reo, voiture de tourisme, est un des premiers modèles à sortir de l'usine de St. Catharines. La filiale canadienne de l'entreprise passe à la production de guerre en 1914 et l'usine ferme ses portes en 1915.

Photo : Musée des sciences et de la technologie du Canada 1975.0218

Voiture de tourisme à cinq places, Modèle 33 de McLaughlin-Buick, McLaughlin Motor Car Company Ltd., Oshawa (Ontario)

1911

La McLaughlin-Buick Modèle 33, de la collection du Musée des sciences et de la technologie du Canada.

Le Modèle 33 n'a été fabriqué que pour l'année 1911.

Il remplaçait le modèle 10 de l'année précédente et n'était proposé que dans la version « voiture de tourisme à cinq places ».

Photo : Musée des sciences et de la technologie du Canada 1968.0102

La Russell Modèle 14-28, « Made up to standard not down to a price! », selon la publicité, autrement dit un produit de qualité n'a pas de prix. Russell Motor Car Company, Toronto (Ontario)

1914

Jusqu'en 1910, la carrosserie et le moteur de la Russell sont conçus à Toronto.

Les modèles ultérieurs, plus luxueux, sont équipés de moteurs Knight silencieux importés des États-Unis.

Photo : Musée des sciences et de la technologie du Canada 1996.0569

La Ford T, voiture universelle fabriquée au Canada Ford du Canada Limitée, Walkerville (Ontario)

1914

Le prix modique du Modèle T met la voiture à la portée de nombreuses familles canadiennes.

Henry Ford voulait « construire une voiture automobile pour le plus grand nombre », et il a réussi. Le Modèle T, ou Ford T, était à la fois fiable et abordable, grâce à une production en série sur des chaînes de montage, dont il est le pionnier.

Photo : Ford du Canada Limitée

Voiture de tourisme Bartlett à cinq places,  Canadian Bartlett Automobile Co. Ltd., Stratford (Ontario)

1916

Les Bartlett sont les premières automobiles canadiennes équipées de freins sur les quatre roues et de systèmes de suspension pneumatique.

Le circuit de freinage fonctionne tellement bien qu'en freinant brusquement pendant les essais du premier prototype à Toronto, le fondateur de l'entreprise, R.C. Bartlett, provoque un carambolage de 26 voitures. Ce serait la première collision automobile multiple de la ville. Au début de la Première Guerre mondiale, le gouvernement américain reprend les ateliers de production aux États-Unis et annule la plupart des contrats existants. Parmi les entreprises concernées figure le fournisseur de Bartlett. Celui-ci se retrouve donc sans fournisseur de moteurs, de transmissions ou d'essieux – toutes des pièces venant des États-Unis. La Canadian Bartlett Company ferme ses portes en 1917.

Photo : Musée des sciences et de la technologie du Canada 1977.0280

Willys-Overland Modèle 90, Willys-Overland Ltd., Toronto (Ontario)

1919

Démarrage de la production à l'usine de Willys-Overland à Toronto en 1915.

Le modèle 90 fait son entrée aux États-Unis en 1917, où Willys-Overland cherche à concurrencer Ford. Bien que conçu aux États-Unis, ce modèle est doté d'une carrosserie canadienne personnalisée. Quand la crise arrive en 1929, les ventes ont déjà plongé au Canada et, plus généralement, aux États-Unis. Malgré les efforts déployés pour les relancer, la production s'arrête au Canada en 1933.

Photo : Musée des sciences et de la technologie du Canada 1975.0719

Dans l'actualité

Tableau sur le trajet suivi par Thomas W. Wilby, l’« éclaireur », depuis Halifax jusqu’à Victoria.

1912

Thomas Wilby et F.V. Haney font la première traversée du Canada en voiture, ralliant Halifax à Victoria en 52 jours à bord d'une Reo de fabrication canadienne.

Le voyage devait servir à faire comprendre la nécessité d'une « All-Red Route », ou route nationale, qui traverserait le Sud du Canada depuis l'Atlantique jusqu'au Pacifique.

Photo : 1912
Bureau des brevets et du droit d'auteur / Bibliothèque et Archives Canada / PA-029915

Tranchée sur le front canadien avec des abris enterrés.

1914

La Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne et les premières troupes canadiennes partent pour l'Angleterre.

Quand la Grande-Bretagne est entrée en guerre, le Canada, en tant que colonie britannique, en a fait de même. La première division de soldats canadiens quitte pour l'Angleterre à la fin de 1914 et participe à son premier combat à Ypres, en Belgique, en avril 1915. Les efforts du Canada tout au long de la guerre lui ont valu un nouveau statut de nation dotée d'une identité distincte de celle de la Grande-Bretagne. En fait, le Canada a demandé à avoir son propre siège à la Conférence de la paix, à Paris, où se sont négociées les conditions de la reddition allemande.

Photo : Mai 1917
W.I. Castle / Canada. Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-001326

En dépit des efforts des pompiers, l'édifice du Centre est entièrement détruit par les flammes.

1916

L'édifice du Centre du Parlement ravagé par un incendie.

La Bibliothèque du Parlement a échappé à la destruction grâce à la présence d'esprit d'un employé qui pense à fermer les portes, empêchant ainsi les flammes de s'y propager. Sept personnes périssent dans l'incendie. La construction de l'édifice du Centre actuel, qui commence très rapidement, s'achève en 1927, en même temps que celle de la Tour de la Paix.

Photo : 1916
William James Topley / Bibliothèque et Archives Canada / PA-009234

Le Monument commémoratif de guerre du Canada avec le Château Laurier en arrière-plan; Ottawa (Ontario), Canada

1918

L'Allemagne signe l'armistice à la 11e heure du 11e jour du 11e mois, mettant officiellement fin à la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui, au Canada, le 11 novembre est le jour du Souvenir.

Quelque 65 millions de soldats de 30 pays ont pris part à la guerre depuis l'été 1914 jusqu'à l'armistice de 1918. Environ 10 millions sont morts et 29 autres millions ont été blessés, faits prisonniers ou ont été portés disparus. Le Canada a envoyé 619 636 hommes et femmes à la guerre. Parmi eux, 66 655 ont été tués et 172 950 autres, blessés.

Photo : Musée des sciences et de la technologie du Canada, Collection CN, CN006012

Culture pop

Charles F. Kettering avec une Buick de 1913

1911

Charles F. Kettering invente le premier démarreur électrique pour les voitures à essence.

Le dispositif de « démarrage automatique » est d'abord installé sur une Cadillac, le 17 février 1911. Grâce à cette invention, les automobilistes n'ont plus eu à démarrer leur voiture à la manivelle et ont pu ainsi économiser temps et effort.

Photo : vers 1913
Archives de l'Université Kettering, Flint (Michigan)

Le Titanic se préparant à quitter Southampton pour son voyage inaugural, le 10 avril 1912.

1912

Le 12 avril, le Titanic sombre au large de Terre-Neuve après avoir heurté un iceberg.

Dans les heures et les jours qui suivent le naufrage, des navires, des équipages et des employés de Halifax sont chargés des opérations de repêchage. Sur les 2 223 personnes à bord, 1 517 périssent. Seuls 333 corps seront retrouvés, et nombre d'entre eux seront enterrés à Halifax. L'histoire du Titanic, sujet de livres et de films, fascine depuis près d'un siècle. La découverte de l'épave en 1985, à 4 000 mètres de profondeur, a contribué à raviver l'intérêt du public.

Photo : Michael W. Pocock

Emily Stowe

1918

Les suffragettes canadiennes organisent un simulacre de Parlement à Winnipeg pour réclamer le droit de vote pour les femmes.

La Loi des élections en temps de guerre de 1917 donne le droit de vote aux femmes qui servent sous les drapeaux et à celles dont des parents portent l'uniforme, mais seulement pour rallier des appuis à la conscription. Grâce au militantisme infatigable des suffragettes, le droit de vote aux élections fédérales est accordé à toutes les femmes âgées de 21 ans et plus, aux termes de la Loi électorale du Canada adoptée le 24 mai 1918. Les élections provinciales sont une autre histoire. Le Manitoba est la première province à accorder le droit de vote aux femmes, en 1916, mais dès 1918, moins de la moitié des provinces et territoires lui ont emboîté le pas. En 1951, les Territoires du Nord-Ouest sont les derniers à accorder le droit de vote aux femmes.

Photo : Archives de l'Ontario

Page de la brochure publicitaire de l'appareil Toastmaster, de Waters-Genter.

1919

Charles Strite invente un des premiers grille-pain à éjection automatique.

Charles Strite, qui était mécanicien dans une usine du Minnesota, mangeait souvent du pain grillé à la cafétéria de l'entreprise. Pour être certain que le pain ne brûle pas, il invente un grille-pain doté de ressorts et d'une minuterie réglable. Plus besoin de surveiller le pain, car les ressorts l'éjectaient quand il était grillé, avant qu'il ne brûle. Charles Strite comptait vendre son grille-pain à éjection automatique aux restaurants. Dès le milieu des années 1920, d'autres fabricants proposaient ce type de grille-pain aux foyers de toute l'Amérique du Nord.

Illustration : 1926
Musée Henry Ford